Arguments

Liens entre l’initiative de résiliation et le tourisme suisse

Tous les arguments en un coup d’œil – regardez la vidéo d’explication maintenant!

C’est pourquoi le NON à l’initiative de résiliation, c’est OUI au tourisme suisse.

img

Maintenir la voie bilatérale

En cas d’acceptation de l’initiative de résiliation, tous les Accords bilatéraux I seraient résiliés en raison de la «clause guillotine». L’approche bilatérale garantit la croissance économique et la prospérité en Suisse. Une résiliation de ces accords aurait pour effet direct de faire reculer la demande internationale dans le tourisme suisse, soumis à une pression accrue avec la crise du coronavirus et ses répercussions. Si tel est le cas, cela signifierait également la fin des accords liés au tourisme dans les transports aériens et terrestres et dans l’agriculture.

S'inscrire
img

Combattre l’îlot de cherté suisse

L’accord sur les obstacles techniques au commerce (ARM) fait partie des accords bilatéraux I et permet, d’une part, un accès facilité au marché intérieur de l’UE pour l’industrie suisse et, d’autre part, un accès aux produits à bas prix pour les consommateurs suisses. Il permet donc de gagner du temps et de l’argent. Si ce contrat est rompu, il existe une menace de nouvelle hausse des prix à l’achat et donc de réchauffement de l’îlot de cherté suisse.

S'inscrire
img

Garantir la liberté de voyage

Si l’initiative de résiliation est acceptée, et que la LCP est supprimée, l’accord de Schengen-Dublin sera lui aussi fortement menacé. L’accord permet de voyager librement au sein de l’Europe. Les longues files d’attente aux frontières dues aux contrôles d’identité pénibles ont disparu. Aujourd’hui, il n’y a plus de contrôle systématique aux frontières suisses (à l’exception des aéroports intercontinentaux) car tous les pays voisins de la Suisse font aussi partie de l’espace Schengen. Sans l’accord de Schengen, les contrôles aux frontières suisses devraient être réinstaurés. Cela aurait pour conséquences de longues files d’attente et des frais supplémentaires.

S'inscrire
img

Maintenir un régime de visa facilité pour la Suisse

Aujourd’hui, grâce aux visas Schengen, les clients des marchés éloignés n’ont pas à passer par une procédure de visa distincte pour une visite en Suisse. S’il était nécessaire à l’avenir de se procurer un visa supplémentaire pour la Suisse, les conséquences seraient également négatives sur le nombre d’hôtes extra-européens. Selon une étude de la Confédération, cela pourrait entraîner des pertes de chiffre d’affaires allant jusqu’à un demi-milliard de francs suisses pour le tourisme. Du fait de l’évolution négative causée par le coronavirus, il conviendrait justement de renforcer l’image de la Suisse en tant que destination de voyage internationale afin de remettre le tourisme sur pied.

S'inscrire
img

Garantir les avantages de la libre circulation des personnes

La main-d’œuvre européenne et l’accord sur la libre circulation des personnes revêtent une importance supérieure à la moyenne pour l’hôtellerie-restauration. Malgré des mesures de sensibilisation et de promotion propres à la branche de l’hébergement, la pénurie de travailleurs qualifiés ne peut être résolue efficacement sans la participation des travailleurs européens. Grâce à l’accord sur la libre circulation des personnes, les travailleurs européens peuvent être facilement recrutés. Les systèmes de quotas aggraveraient la pénurie de personnel qualifié et rendraient le recrutement plus coûteux. Dans un contexte de crise, cette pénurie peut certes paraître moins prégnante, mais elle s’accentuera de nouveau dès que le tourisme reprendra.

S'inscrire
img

Argumentaire Comité du tourisme: NON à la résiliation – OUI au tourisme suisse

Cinq raisons pour lesquelles la branche du tourisme dit NON à l’initiative de résiliation: Lisez maintenant tout l'argumentaire.

Download Argumentaire